Le sans contact au service des sports d’hiver

Ski et technologies sans contact

Ski et technologies sans contact

Comme nous l’avons souvent évoqué dans ce blog, l’utilisation de produits et services basées sur les technologies sans contact de type RFID/NFC ne se développera que si les citoyens et les consommateurs les adoptent ou trouvent des améliorations dans l’usage d’un produit ou d’un service existant. Le consommateur n’a pas besoin de RFID, mais il apprécie de passer plus rapidement à une borne de métro, à ne plus s’arrêter sur les péages d’autoroutes et à obtenir instantanément de l’information sur un produit dans un magasin ou dans un lieu touristique avec son mobile NFC.

Ski sans contact - Axess

Ski sans contact - Axess

C’est le cas dans de nombreuses stations de sports d’hiver où les portillons d’accès aux remontées mécaniques sont de plus en plus souvent sans contact. Pour le skieur, il n’y a plus besoin de sortir une carte de sa poche après avoir enlevé ses gants, ou montrer le badge placé sur une pochette plastique sur un bras avec les risques de perte de cette pochette. C’est tout naturellement que le skieur passe au portillon avec la carte et son forfait à jour pour accéder au tire-fesse ou au télésiège. Il peut également recharger plus rapidement son forfait à des caisses automatiques. Pour la station, le sans contact apporte une meilleure fluidité en bas des remontées, des contrôles d’authentification et d’autorisation automatisés et potentiellement de nombreuses informations sur l’utilisation du domaine grâce à une traçabilité (également potentielle) des skieurs. Ce dernier point pourrait faire l’objet d’un billet – comment utiliser les informations recueillies par les cartes de transport (type Navigo, Vélib ou forfait de ski) pour améliorer le service tout en respectant la vie privée des usagers du service. Vaste sujet.

Ski sans contact - Axess

Ski sans contact - Axess

La petite station d’Ancelle, dans les Hautes-Alpes, s’est équipée il y a trois ans maintenant ce qui prouve que les installations sans contact ne sont pas réservées aux grandes stations dotées de budgets conséquents.

La prochaine étape sera de développer de nouveaux services innovants autour des activités sportives et sociales de chacun, nouveaux services permis par les smartphones connectés, la géolocalisation, les réseaux sociaux et les technologies sans contact.

Par exemple, dans les stations de Vail et de Breckenridge dans le Colorado aux Etats-Unis, la solution EpicMix permet aux cartes d’être utiliséees en relation avec les réseaux sociaux, permettant d’enregistrer automatiquement ses activités de glisse (distance, dénivelé,..) et les partager sur des sites type Facebook, ou d’être photographié à différents points de la station et permettre une publication automatique toujours sur Facebook.

Les trois premières industries les plus promptes à bénéficier des technologies sans contact sont le transport, le tourisme et le commerce. Les remontées mécaniques font clairement parties des deux premières. C’est un moyen de transport au service du tourisme même si le skieur, tout au plaisir de la glisse, n’y pense guère et c’est très bien.  L’exemple d’EpicMix montre bien que ce n’est qu’un début et que beaucoup d’autres applications vont dévaler bientôt sur nos pentes.

A suivre …. tout schuss !

Pierre Métivier
En direct des Alpes du Sud

Plus d’infos sur le site des Forfaits de ski Mains-libres de France


About Pierre Metivier

Professionnel du marketing produit, Pierre a participé au lancement et au développement de deux aventures technologiques clés de notre temps : la micro-informatique (Commodore, Micro Application, Apricot, Borland) et l’Internet (CompuServe, AOL) à des postes de direction marketing produit en France, en Europe et aux Etats-Unis. Son expertise comprend les métiers de la gestion de produit technologique, de sa définition à son lancement, en environnement international
This entry was posted in identification, NFC, RFID, Sans contact, ski, tourisme, Usage and tagged . Bookmark the permalink.

Comments are closed.