Sigfox, le Moulinex de l’internet des objets

Le monde de Sigfox (c) Sigfox

Le monde de Sigfox (c) Sigfox

Au moment où la blogosphère découvre l’internet des objets, 15 ans après la création du terme par Kevin Ashton  et près de 25 ans après la naissance de l’ubiquitous computing en 1988 de Mark Weiser et du professeur Ken Nakamura et son UID Center au Japon, une petit société française basée à Toulouse fait parler d’elle sur la conférence LeWeb ainsi qu’une soirée LaFrenchMobile consacrée à l’Internet des objets. Son nom – Sigfox, son but – connecter le monde (des objets). A première vue, c’est ambitieux. Mais quand lorsqu’on écoute une présentation de la société, il est clair que la société a les moyens de son ambition grâce à une approche innovante du sujet.

Rappelons que l’internet des objets désigne un ensemble très vaste et très vague comprenant des objets, des ordinateurs et des humains connectés ensemble et partageant des données à travers de nombreuses applications dans tous les domaines. Tous ces objets clairement identifiés, plus ou moins bavards, partagent ces informations stockées sur des tags/étiquettes (RFID/NFC) ou en provenance de capteurs. La connectivité peut prendre de nombreuses formes (lecture de proximité par mobile NFC, Zigbee, ZWave,Wifi, Dash*7, Ocean, Bluetooth, Wifi, IPv6, ANT+, 6LoWPAN, réseau 2G, 3G voire satellite (et nous en oublions certainement))  suivant la distance de lecture, la fréquence et la taille des données échangées et le type d’application. Les coûts varient fortement suivant les technologies.

Capteurs partenaires Sigfox

Capteurs partenaires Sigfox

Pour les grandes distances, les réseaux 2G, 3G voire bientôt 4G proposés par les opérateurs sont utilisés (sous le terme M2M) mais leur coûts d’utilisation ne peuvent permettre tous les types d’usages dans tous les domaines. Des entreprises sont à la recherche de nouvelles solutions comme l’utilisation des « white spaces » des bandes de fréquences utilisées par la télévision analogique et maintenant abandonnées et libres de droits (suivant les pays). C’est l’appproche de Neul en Grande Bretagne et Google s’y intéresse de très près aux US. Nous avons déjà abordé le sujet dans ce blog.

Et donc Sigfox s’attaque à ce marché avec une approche originale basée sur deux principes.

  • Tous les objets n’ont pas besoin d’être connectés en permanence ou en temps réel (réseau 2G, 3G ou satellite)
  • Tous les objets n’ont pas besoin d’envoyer de grandes quantités d’informations (réseaux 3 et 4G).
Carte du déploiement Sigfox

Carte du déploiement Sigfox

Même si la technologie est indépendante de la fréquence, Sigfox a développé un réseau M2M pour des coûts très inférieurs aux réseaux existants en utilisant des fréquences 868 MHz libre d’utilisation (sans licence) en Europe et une transmission dite bande étroite. Il suffit de 2 millions d’Euros pour couvrir la France, 200 millions pour couvrir le monde (l’équivalent de 10 km de ligne TGV standards) ou à comparer aux 20 à 30 milliards pour le plan fibre pour la France. De plus, la technologie consomme très peu d’énergie et pénètre très bien dans les bâtiments. 1000 antennes suffisent pour couvrir la France et chaque antenne peut gérer 1 million d’objets. Le coût est d’environ 1€ par an et par objet avec une limitation de 140 « messages » par jour et le débit est de 100 bits/sec. Pour de nombreux capteurs et de très nombreuses applications, c’est largement suffisant.

Des grandes entreprises ont déjà intégré la technologie comme ClearChannel pour la maintenance de leurs bornes d’affichages multimédia.

Et quel est donc le rapport avec Moulinex ? Moulinex s’est développé, entre autres, sur la base que les moteurs électriques d’un appareil ménager n’avaient pas besoin de fonctionner 24 heures sur 24 mais quelques minutes à chaque utilisation. En 1956, la société a lancé des appareils mono-fonction, plus simples, avec des moteurs plus économiques et a pu ainsi démocratiser l’appareil électro-ménager, signe d’une véritable innovation. C’est un peu la promesse de Sigfox, démocratiser les applications de type « objets connectés » ne nécessitant pas du temps réel ou de grandes quantités de données.

Souhaitons donc à Sigfox la même réussite que Moulinex (dans sa phase d’expansion) et que cette technologie participe pleinement au développement de cet internet des objets à venir.

A suivre.

Pierre Métivier

Pour aller plus loin

Classé dans:Innovation, Sans contact Tagged: conference, connectivité, Innovation, internet des objets, iot, M2M, Usage

About Pierre Metivier

Professionnel du marketing produit, Pierre a participé au lancement et au développement de deux aventures technologiques clés de notre temps : la micro-informatique (Commodore, Micro Application, Apricot, Borland) et l’Internet (CompuServe, AOL) à des postes de direction marketing produit en France, en Europe et aux Etats-Unis. Son expertise comprend les métiers de la gestion de produit technologique, de sa définition à son lancement, en environnement international
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Comments are closed.